Direkt zum Inhalt | Direkt zur Navigation

Eingang zum Volltext

Lizenz

Bitte beziehen Sie sich beim Zitieren dieses Dokumentes immer auf folgende
URN: urn:nbn:de:bsz:25-opus-27703
URL: http://www.freidok.uni-freiburg.de/volltexte/2770/


Divert, Caroline

Influence du chaussage sur les caractéristiques mécaniques et le coût énergétique de la course à pied

Influence of the shoe on the mechanical parameters and energetic cost of running

Einfluss von Schuhen auf mechanische Parameter und die Ökonomie des Laufens

Dokument1.pdf (3.156 KB) (md5sum: 617b3661ede44c04d82f660a69ba7146)

Kurzfassung in Französisch

Le travail de thèse présenté ici visait à mettre en évidence de manière exhaustive les différences entre le pattern de la course pieds nus et celui de la course chaussée dans le but principal de comprendre et d’identifier les raisons mécaniques permettant un meilleur rendement lors de la course à pied en condition pieds nus.

L’Étude I nous a permis de connaître avec précision la locomotion pieds nus et nous a procure des données de référence sur la biomécanique de la course à pied en cumulant des mesures d’ordre dynamique et temporelle conjointement aux paramètres relatifs à l’activité musculaire du coureur. Enfin, il s’agissait, par l’utilisation d’un nouvel ergomètre, d’éclaircir les données concernant la biomécanique de la course pieds nus comparativement à la course chaussée étant donné le peu d’informations apportées par la littérature et les résultats et relations souvent contradictoires que l’on y retrouve.

L’Étude II nous a permis d’évaluer et de mettre en évidence les possibles altérations du pattern de course chez des coureurs normalement parvenus a un état stable. Il semble que la course a pieds nus puisse être considérée comme le moyen de locomotion le plus naturel chez l’homme puisqu’il ne lui demande aucun ajustement de son pattern. En revanche, malgré une période d’ « échauffement » des chaussures, on observe toujours une variabilité du pattern lors de la course chaussée imputable à l’adaptation du coureur à sa chaussure de course.

L’Étude III nous permet de répondre aux interrogations de la littérature concernant l’influence de la masse des chaussures comme unique cause de l’augmentation de la consommation d’oxygène. En effet, si la consommation d’oxygène est fortement influencée par la masse des chaussures, le rendement du coureur est lui influencé exclusivement par le port de la chaussure. Pour conclure, la différence de coût métabolique, entre la course pieds nus et chaussée, n’est pas uniquement le résultat de l’influence d’une masse additive, mais aussi causé par le port de la chaussure elle-même et ses propriétés mécaniques.

En conclusion, ce travail de thèse nous a permis d’identifier les différences mécaniques entre la course pieds nus et chaussée, de constater la stabilité naturelle de la locomotion pieds nus par rapport à l’adaptation nécessaire du pattern en condition chaussée et de conclure à l’influence des propriétés même de la chaussure sur le demande énergétique. Il semble, d’après ce travail, que courir pieds nus apparaît être le moyen de locomotion le plus naturel mais aussi le plus rentable. Si ce travail apporte des connaissances exhaustives sur le pattern de course pieds nus il ouvre de nombreuses possibilités d’interprétation pour les fabricants de chaussures à la recherche perpétuelle d’une chaussure de course à pied performante et efficace.


Kurzfassung in Englisch

The work presented in this dissertation was conducted in order to evidence the differences between the barefoot pattern and that during shod running. The main aim was to understand and identify the mechanical reasons allowing for a better efficiency during barefoot running.

Study I focused on an accurate biomechanics analysis of barefoot running. Dynamic and temporal and muscular activity measurements were performed. Using a new treadmill ergometer, it was possible to highlight the pattern when running barefoot and to compare it to shod running. This study provided therefore new valuable information as no consensus was found in the literature so far.

Study II showed the possible alterations occurring in the running pattern despite runners have reached a steady state. It seems that running barefoot could be considered as the natural mean of locomotion for Humans as its pattern does not need such adjustment. However, even when shoes were “warmed up”, running pattern variability was still observed due to the remaining adaptations of the runner to the shoes.

Study III answered questions raised in the literature about the influence about the mass of the shoe on the oxygen consumption. Indeed if the oxygen uptake is highly influenced by the mass of the shoes, the muscular efficiency is only influenced by wearing a shoe rather than the mass of this shoe. Thus, the difference between barefoot and shod running in the metabolic cost of running is not only due to the influence of the extra mass of the shoe but also due to the mechanical properties of the shoe.

As a conclusion, the present work identified the mechanical differences between barefoot and shod running and underlined the natural stability of barefoot running contrary to shod running. Therefore, mechanical properties of the shoes influence the energetic cost. Thus running barefoot seems to be the most natural mean of locomotion and the most efficient. Furthermore, this work provides new data about barefoot running mechanics and new interpretations for shoe manufacturers in order to improve performance and efficiency.


SWD-Schlagwörter: Biomechanik , Laufen , Schuhe , Gewicht , Effizienz
Freie Schlagwörter (englisch): Biomechanics , running , shoe , mass , efficiency
Institut: Institut für Sport und Sportwissenschaft
Fakultät: Wirtschafts- und Verhaltenswissenschaftliche Fakultät
DDC-Sachgruppe: Freizeitgestaltung, Darstellende Kunst
Dokumentart: Dissertation
Erstgutachter: Bourdin, Muriel (Dr.); Alt, Wilfried (Dr.)
Sprache: Mehrsprachig
Tag der mündlichen Prüfung: 12.12.2005
Erstellungsjahr: 2005
Publikationsdatum: 22.01.2007
Indexliste